Pigeonnier.

Trano voronamalala
Fianarantsoa. Forêt de Marana
XXème siècle.

Un pigeonnier accessible à vol d’oiseau

JPEG - 30.9 koDans les montagnes autour de Fianarantsoa (Madagascar), au bout d’une route qui serpente dans les forêts et entre les blocs de granit, on arrive à la léproserie Marana. A flanc de colline, un pigeonnier se dresse fièrement entre les arbres.

L’appartement des pigeons.

Comme pour nous les humains, les pigeons ont aussi des hôtels de
luxe pour se loger ! Vous vous demandez comment c’est ? Cepigeonnier ressemble à une tourelle de château. 

Entrons chez les pigeons.

Le pigeonnier de Marana est couleur rose fuchsia ; il fait à peu près 4 mètres de hauteur ; il est de forme cylindrique et couvert d’un toit conique en taule qui servait à évacuer les eaux de pluies. Des rangées de trous dans le mur servaient de « nids « aux oiseaux ; ces « nichoirs » sont appelés les « boulins ». Ils peuvent accueilliru n couple de pigeons. Le ciment permettait peut-être ici d’éloigner la vermine. Le nombre de boulins nous renseigne sur la capacité d’accueil du pigeonnier. La ceinture de ciment permettait de repousser les prédateurs comme les rats ou les fouines. L’intérieur est plutôt basique et on peut y entrer par une porte de plain pied.
Tout semble vide.

 

Oye oye habitants du pigeonnier.

Plus aucun pigeon n’y habite. JPEG - 17.2 koJPEG - 19.6 koEn regardant à l’intérieur, on comprend que le bâtiment a été aménagé pour l’élevage de production domestique. Cela permettait la production d’engrais.

 

 
 
 
 
 
 

Propre ou sale ?

Dans le pigeonnier, c’est tout sale. A cause du caca de pigeon. Il y a aussi plein de toiles
d’araignées. A l’origine un prêtre a construit ce bâtiment pour permettre aux lépreux d’utiliser
l’engrais.

Historique.

En France, autrefois, le pigeonnier était un privilège seigneurial et aussi un marqueur social.
Puis tout le monde a pu en construire un, après 1789.
En France, on parle de pigeonnier ou de colombier.

Pigeonniers d’autrefois, à Madagascar et en France :

JPEG - 12.5 koUne des rares cartes postales
anciennes représentant un pigeonnier
à Madagascar.

 

 

 

 

 

Pigeonnier français du village Assier (46320). Daté de1537. 11 mètres de haut ; 9 mètres de diamètre. 2300 boulins en terre cuite ; un lanternon ; deux plages d’envol. Classé aux monuments historiques en 2005.

 JPEG - 11.5 ko

 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

Autres pigeonniers aperçus à Madagascar :

jardin d’Ambositra (gauche) et ruelle d’Antananarivo (droite) :

 JPEG - 20.4 koJPEG - 18.2 ko

Pour en savoir plus sur les pigeonniers : à coupelles, à piliers, à porches, à arcades, à colonnes, en colombages, de toutes les formes, en bois, en pierre, ou découvrir les mots spécifiques (rondière, larmier, table d’envol, corniche, épi de faîtage…) rendez-vous sur le site :http://pigeonniers-de-france.chez-alice.fr/accueil_529.htm

 

Ouvrez les yeux à Madagascar et amusez-vous à repérer les pigeonniers. Ils sont moins nombreux qu’en France, raison de plus pour ne pas les rater quand ils se présentent ! Leur emplacement et leur construction peuvent nous apprendre beaucoup de choses sur le rang du propriétaire ou ses activités.

 

4ème A. Mars 2016. Collège René Cassin AEFE. Fianarantsoa.
Pour contacter le concepteur de l’article :
charles-edouard.saint-guilhem@rcassin-fianarantsoa.com